La Grèce et les lois contre le blasphème en Europe

pastitsios(article de 2012 remis en avant le 25 janvier 2014 sur la page d’accueil du blog Europe Grèce – suite à la condamnation en première instance d’un blogueur grec pour offense à la religion, à une peine de prison avec sursis – et non à une peine ferme comme l’a titré le Figaro)

La fermeture d’un site satirique anti-religieux après l’interpellation de son créateur (illustration), et l’existence d’une loi contre l’offense faite à la religion en Grèce, ont créé le « buzz » en Europe et en particulier dans un pays de tradition laïque comme la France.

Nous sommes allés voir si la Grèce était le seul pays d’Europe dans ce cas. A vous de juger (et d’aller directement aux textes de loi).

L’article 198 du code pénal grec punit « celui qui, en public et avec malveillance, offense Dieu de quelque manière que ce soit, et celui qui manifeste en public, en blasphémant, un manque de respect envers les choses religieuses. »

Précisons que l’application de cette loi en Grèce est assez rare; suffisamment rare en tout cas pour que ce cas particulier fasse autant parler (le dernier cas connu et médiatisé date de 2005 et concernait le dessinateur autrichien Gerhard Haderer mais au final, l’affaire n’avait pas eu de suite, la Cour d’appel d’Athènes l’ayant totalement innocenté).

Voici une liste non-exhaustive des pays où existent des lois similaires :

En Irlande, le « Defamation Act 2009 » punit le basphème de 25.000 euros d’amende
(le texte : http://www.irishstatutebook.ie/2009/en/act/pub/0031/sec0036.html#sec36
un article concernant ce texte : http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/8437460.stm).

En Espagne l’article 525 du code pénal punit « les attaques portées au dogme religieux, croyances ou cérémonies. » (http://noticias.juridicas.com/base_datos/Penal/lo10-1995.l2t21.html#a525)

Au Danemark (où existe également une Eglise d’état) l’article 140 du Code criminel Danois punit jusqu’à 4 mois d’emprisonnement « celui qui publiquement raille, ou fait outrage aux doctrines de foi ou aux cultes d’une communauté religieuse légalement établie dans ce pays. » (https://www.retsinformation.dk/Forms/R0710.aspx?id=113401)

En Suisse : le blasphème existe également dans le code pénal suisse, notamment à l’encontre de celui « qui, publiquement et de façon vile, aura offensé ou bafoué les convictions d’autrui en matière de croyance, en particulier de croyance en Dieu, ou aura profané les objets de la vénération religieuse » (http://www.admin.ch/ch/f/rs/311_0/a261.html).

Aux Pays-Bas en 2008, le gouvernement a indiqué vouloir « donner  
à l’interdiction du blasphème une nouvelle forme et une nouvelle place dans la loi » en punissant d’une façon générale  » toute offense grave envers un groupe ou une personne. »

En Allemagne l’article 166 du code pénal, punit « quiconque publiquement ou par le biais de la diffusion de documents écrits diffame la religion ou l’idéologie d’autrui d’une manière susceptible de troubler la paix publique » ou « diffame une église ou autre association religieuse ou idéologique au sein de l’Allemagne, ainsi que leurs institutions ou associations, d’une manière susceptible de troubler la paix publique. » Toute la nuance se trouve dans la définition que l’on donne du « trouble à la paix publique ».

Rappelons également que le film « La vie de Brian «  des Monty Python, parodiant la vie du Christ, sera interdit en Norvège pendant quelques mois en application d’une loi de 1930, en Irlande jusqu’en 1987, et en Italie jusqu’en 1990.

Au Royaume-Uni la loi punissait quiconque «injurie le christianisme ou use d’un langage scabreux et offensant à propos du Christ, de Dieu et de la Bible». Ce qui a déjà donné lieu à quelques cas de censure. La chambre des Lords ne s’est prononcée pour l’abolition de cette loi qu’en 2008 face à la pression créée par les décisions de la Cour européenne des droits de l’homme.

Les différentes dispositions ayant trait au blasphème (même si elles ne disent pas toujours leur nom) sont plus ou moins appliquées selon les pays et les époques; mais elles existent toujours au moins dans les textes.

Bref : critiquer cette loi grecque, pourquoi pas. Faire passer la Grèce pour un pays du Moyen-âge et une exception en Europe, non.

A noter que plus loin de nous, l’Organisation de la coopération islamique qui regroupe certains pays européens pas encore membre de l’Union européenne comme l’Albanie et la Bosnie-Herzégovine (ainsi que certains pays non-européens que l’on dit laïcs tel la Turquie), a demandé l’inscription du blasphème dans le droit international.

Autres billets du blog en lien avec la religion :

Discours de résistance de l’Eglise de Grèce

L’Eglise de Grèce en a marre de tendre l’autre joue : oui, elle paie des impôts, et le fait enfin savoir!

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans 1- Réactions à la Presse, 9- Divers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La Grèce et les lois contre le blasphème en Europe

  1. gilles dit :

    Il n’est nul besoin d’être « grécophobe » (sic !), ce que je ne saurait être ne haïssant aucun peuple, pour penser qu’une telle législation est indigne, quel que soit le pays, d’une authentique démocratie.
    Vous écrivez « l’internaute concerné n’a pas encore été condamné à quoi que ce soit; et l’affaire Haderer montre que la justice grecque ne suit pas toujours les réquisitions du Parquet, loin de là » ce dont je vous donne acte mais selon l’AFP, il a tout de même été « arrêté pour blasphème ».
    Si l’on est un défenseur sincère des droits de l’homme, peut-on l’accepter ?
    Souhaitant de tout mon coeur un meilleur avenir à ce beau pays en cette matière, comme en d’autres.

    • europegrece dit :

      Bonjour

      Je vous invite à me relire.

      A la fin je dis bien qu’on peut critiquer cette législation que personnellement je n’approuve pas non plus.

      Le mot grécophobe désignait précisément un certain type de réactions méprisantes que l’on trouve sur internet.

      Il ne désignait en aucun cas toutes les réactions hostiles à ce type de législations.

      Si ce n’était pas clair, je me réjouis que votre commentaire me permette cette mise au point.

      Un interpellation et même une garde à vue ne signifie pas une condamnation.

      Que l’on me montre un Grec purgeant une peine de prison ferme pour blasphème. C’est une loi relativement ancienne et peu appliquée.

      Par ailleurs en France quand des personnes mal intentionnées mettent des têtes de cochon dans des chantiers de mosquées en construction le Parquet ouvre une enquête pour incitation à la haine. Vous allez me dire que ce n’est pas la même chose. Cela se discute.

  2. Anathema dit :

    Il est tout à fait normal de réprimer (ne serait-ce que symboliquement et par la censure, on ne parle évidemment pas d’emprisonnement comme en Russie, ce qui est excessif) les injures et les diffamations envers la religion de 95% des Grecs, et qui a joué un rôle primordial dans l’histoire contemporaine du pays tout comme le clergé (guerre d’indépendance, guerres balkaniques…).

    On se soucie beaucoup des droits des « minorités » et des « individus ». Il est temps de se soucier également des droits de la majorité.

    Evidemment les actes christianophobes sont faciles, et n’importe qui peut s’y risquer impunément et faire ses armes de rebelle de bac à sable. Ni fatwa, ni émeutes, ni massacres, ni bombes.

    A noter également la décadence intellectuelle et morale de la gauche grecque, allié objectif de l’islam radical qui s’implante de plus en plus en Grèce et qui n’a évidemment pas laissé passer l’occasion de pousser des cries d’orfraie et de dénoncer l' »obscurantisme » et la « théocratie » grecque. La même gauche qui avait apporté son soutien à des islamistes afghans il y’ a quelques années. Ces derniers avaient provoqués une émeute au centre d’Athènes après qu’un policier avait déchiré une page du coran lors d’un contrôle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s