Immigration clandestine : vers la fin d’un blocage idéologique? (mise à jour)

evroscarte1Le nombre d’immigrés illégaux entrés en Grèce en août 2012 aurait connu une baisse significative, suite à l’envoi de 1881 garde-frontières en début de mois  à la frontière gréco-turque (certaines sources parlent d’une diminution de 90 à 95%, à vérifier).

Parallèlement, le ministre de l’intérieur a lancé l’opération « Xenios Zeus », que le gouvernement a annoncé vouloir étendre à toute la Grèce sur une longue période. Le but de cette opération est de conduire le maximum d’immigrés clandestins depuis les centres urbains jusqu’aux centres de rétention aménagés à cet effet.

L’opération est contestée aussi bien par l’extrême droite (Aube dorée ayant indiqué que c’était une erreur de regrouper les immigrés dans les centres de rétention pour une période indéterminée au lieu de les renvoyer immédiatement) que par les associations d’immigrés ou les mouvements de gauche.

Cette opération ne représente pour l’instant qu’une goutte d’eau compte tenu du fait que les chiffres officiels situent entre 1,3 et 1,5 millions le nombre d’immigrés clandestins présents en Grèce  (les Grecs s’accordent généralement pour dire que ces chiffres sont même sous-estimés).

C’est peut-être la fin d’un véritable blocage idéologique.

Il faut rappeler les propos de l’ancien ministre de l’intérieur, Pavlos Pavlopoulos, appartenant à la Nouvelle Démocratie (centre droit) sur la question migratoire.

Interrogé en 2007  par le journal « Ta nea », sur la question de savoir combien de régularisations d’immigrés auraient lieu et sur la question de savoir si ce procédé n’était pas de nature à motiver de nouveaux migrants (ainsi tentés de venir illégalement dans l’espoir d’être régularisés à leur tour), il répondait  :

« Nous ferons autant d’opérations de régularisation nécessaires pour qu’il n’y ait plus un seul immigré clandestin dans notre pays. Car la qualité de notre Démocratie et notre culture nous imposent qu’il n’existe pas d’immigrés illégaux, puisque les immigrés illégaux sont les victimes faciles du travail au noir et de la violation de leurs droits. Les immigrés en Grèce sont toujours, conformément à notre culture, des personnes sacrées. Et cela, nous l’avons démontré avec notre politique. »

Dans le même temps il indiquait vouloir faire le nécessaire pour contrôler les mouvements migratoires…

A l’occasion d’un colloque organisé à Rhodes en 2005, il indiquait :

« L’immigration est un phénomène naturel, un phénomène directement lié aux aspects positifs, je le souligne, de la mondialisation, et ce phénomène aide les sociétés et les peuples à progresser et à développer leurs cultures, quand nous savons à quel point les mouvements migratoires inoculent les sociétés et les cultures pour aller de l’avant. Ils fécondent littéralement les cultures, ils fécondent les sociétés. »

Tout l’intérêt de ces déclarations réside dans le fait qu’elles émanaient, non pas d’une personnalité de gauche, mais d’un ministre de droite. Elles expliquent peut-être la montée d’Aube dorée, se présentant comme une alternative face à l’absence de forces politiques  véritablement conservatrices sur ces questions.

Elles illustrent, malgré quelques précautions de langage, la vision totalement angéliste, idéalisée, naïve, et peu sérieuse, avec laquelle était traitée la question migratoire par certaines élites peut-être terrifiées par l’ampleur de la tâche (c’est par la Grèce que passent la plupart des clandestins rêvant d’Europe), préférant par fatalisme se réfugier derrière une vision débridée la mondialisation, et derrière un discours ultra-libéral, qui s’applique aussi bien à la circulation des capitaux qu’à celle des hommes.

Rappelons encore les propos d’Andréas Papandréou, ex-premier ministre du PASOK (parti socialiste), déjà évoqués sur ce blog, qui déclarait en pleine crise, sans rire : “A l’heure où d’autres pays de l’Europe chassent les immigrés et les Roms, nous, nous leur ouvrons les portes.”

Sur l’immigration, voir la Catégorie « Immigration » d’Europe Grèce :
https://europegrece.wordpress.com/category/7-immigration/

Mise à jour du 31/08/2012:

Selon certaines sources, face à l’indispensable « verrouillage » de la frontière terrestre décidé par les autorités grecques, les passeurs turcs conduiraient les migrants vers les côtes turques afin de procéder à des passages par bateau en mer Egée, vers les îles grecques. Une estimation de 100.000 migrants en passe de procéder de la sorte est avancée. (chiffre invérifiable)

Reste à voir quel type de dispositif maritime peut être installé alors que la Grèce manque de moyens. A noter que la Turquie est en pleine croissance économique, créatrice d’emplois. Malgré cela au vu et au su des autorités turques, c’est vers la Grèce que sont acheminés les migrants, dans l’espoir d’atteindre l’Union européenne.

Advertisements
Galerie | Cet article a été publié dans 7- Immigration. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Immigration clandestine : vers la fin d’un blocage idéologique? (mise à jour)

  1. Paul T_poulos dit :

    Je comprends parfaitement le ressentiment des Grecs vis à vis des immigrés et des clandestins en cette période de crise économique très dure qui touche toute l’Europe du sud et à un moindre degré celle du nord. Mais attention, qu’ils n’oublient pas eux même qu’à une certaine époque ils étaient dans la même situation! Combien ai- je connu de Grecs à New-York, fuyant la pauvreté et le chômage de la mère patrie ,se rendant aux états Unis , clandestins et y rester pour tâcher d’avoir une vie meilleure et réussir. Il me semble que c’est dans la nature humaine que de vouloir être le plus heureux possible…

    • europegrece dit :

      Bonjour

      J’entends souvent cet argument et je suis persuadé de votre bonne foi mais pour moi c’est un faux argument, un sophisme, un « arc réflexe. »

      Vous me donnez une occasion d’y répondre par quelques idées en vrac :

      Tout d’abord il ne s’agit pas de juger les immigrés à titre individuel; vouloir émigrer est normal et légitime. Mais qu’un pays ne souhaite pas accueillir d’immigrés est également normal et légitime.

      1/ A mes yeux les pays qui ont accueilli des Grecs l’ont fait parce qu’ils le voulaient bien, personne ne les y a forcés.

      Et si c’était le cas, si des Grecs (ou des Français ou n’importe qui d’autre) entraient clandestinement dans un pays je trouverais tout à fait normal que ce pays les expulse illico.

      Je trouverais aussi normal qu’un pays refuse l’entrée de Français ou de Grecs sur son territoire si leur présence n’était pas souhaitée.

      Personne n’a donc à forcer la Grèce à accueillir des immigrés si elle ne souhaite pas le faire, pour les raisons qui lui appartiennent.

      2/ Je pense que beaucoup de Grecs de l’étranger n’aiment pas qu’on les utilise pour justifier l’absence de politique migratoire sérieuse en Grèce.

      3/ Ce raisonnement signifierait que pour manifester sa reconnaissance vis à vis des pays qui ont accueilli des grecs (USA, Australie, France etc), la Grèce devrait accueillir des Pakistanais ou des Afghans (et en très grand nombre)?

      Je ne vois pas de rapport logique.

      4/ Il s’agirait pour vous d’une sorte d’obligation morale? Mais sur quel fondement moral?

      5/ La Grèce devrait-elle adhérer à une sorte « d’internationale immigrationiste » prônant la liberté d’établissement de tous les migrants au motif qu’elle a eu des émigrés (je vous renvois à cet article de Pierre-André Taguieff L’immigrationisme, dernière utopie des bien-pensants http://www.lefigaro.fr/debats/2006/05/09/01005-20060509ARTFIG90200-l_immigrationnisme_derniere_utopie_des_bien_pensants.php qui a avancé le concept « d’immigrationnisme » bien avant certains hommes politiques sulfureux).

      6/ A mon avis un pays doit se baser sur son intérêt national.

      En restant humain dans les moyens utilisés bien sûr.

      Si les Grecs estiment que limiter l’immigration est conforme à leur intérêt national ou à la préservation des équilibres sociaux, culturels et économiques de leur pays ils sont en droit de le faire.

      7/ Le départ de tous ces Grecs à l’étranger est un vrai drame. Car il résulte de l’incapacité, de l’impuissance de la Grèce à protéger son propre peuple (problèmes économiques, guerres, etc). Il faudrait y ajouter les problèmes posés par une immigration incontrôlée… Je ne vois pas en quoi les Grecs qui ont émigré ou la Grèce y trouveraient leur compte.

      8/ Certains descendants d’immigrés grec partagent peut-être votre avis. Mais j’en connais d’autres qui ne le partagent pas du tout. Ils sont peut-être en droit de considérer que cela serait un second déracinement pour eux, que de savoir que la Grèce ne fait pas attention à la préservation de son identité. Comme si pour eux, cela signifierait perdre définitivement tout rêve même fantasmé de retour, ou tout point de référence dans le monde. Comme s’ils allaient devenir des Grecs orphelins de patrie, des « Grecs errants » en quelque sorte.

      9/ D’ailleurs voyez les pays dont sont originaires beaucoup d’immigrés en France (Turquie, Maroc, Chine), ce sont des pays très fiers de leur identité, très soucieux de la préserver, et qui souvent modulent leur lois migratoires ou mêmes les lois relatives aux investissements étrangers de façon à toujours faire prévaloir l’intérêt national (voir le point n°4 de ce billet du blog : https://europegrece.wordpress.com/2011/12/30/allumer-le-feu-paranoia-grecque-ou-realite/ ).

      Bref, le fait que la Grèce ait été incapable de garder ses enfants sur leur terre ne justifie pas en soi qu’elle accueille des immigrés.

      Merci de votre commentaire

  2. Paul T_poulos dit :

    Tout d’abord , merci de votre réponse circonstanciée.
    Mais il me semble que mon propos ait été mal interprété .
    Je ne me suis basé que sur le côté humain de l’immigration clandestine. En effet, je ne suis qu’un éternel utopiste et un indécrottable rêveur! En toute circonstance, je ne me place jamais que dans l’humain, et l’Autre est toujours mon Frère en humanité .
    Bon nombre de points que vous développez sont justes et indéniables: la Grèce ne peut se permettre d’accueillir tous les immigrés, qu’ils soient clandestins ou pas. C’est une évidence.
    L’argument que vous me reprochez de n’être qu’un sophisme ou un faux argument ne l’était que pour étayer mon propos. Mais malgré tout, je persiste et signe pour dire que personne ne doit jamais oublier d’où il vient. Je suis moi même fils d’immigrants d ‘Asie mineure, né dans un pays qui a eu l’heur d’accueillir mes géniteurs, et sait ce que le déracinement veut dire. La blessure de l’exil ne s’est jamais complètement refermée pour eux. Personne ne quitte son pays par plaisir , si ce n’est une question de survie, que celle ci soit due à des faits de guerre, d’économie ou de je ne sais quoi encore.
    Vous citez P.ATaguieff, soit, mais lorsque l’on connaît un peu l’homme et son œuvre, l’on sait bien qu’il est un ennemi viscéral de l’utopie. Alors permettez moi de ne pas être tout à fait d’accord avec ce qu’il dit dans on intervention sur l’immigrationisme , dernière utopie des bien pensants. Il est vrai qu’il s’inscrit parfaitement dans ce monde nérolibéral, qui de nos jours rencontre un tel succès, au détriment d’une population toujours plus nombreuse qui souffre.
    Cela dit, bien que rêveur et utopiste, je ne nie pas la véritable gageure que serait celle d’accepter toute la misère du monde en Grèce. Le problème est que ce pays manque cruellement de dirigeants dignes de ce nom. Ce pauvre pays à été livré depuis des décennies à des voyous, des corrupteurs, des corrompus, des clientelistes , des profiteurs qui ne visaient qu’une seule chose, leur enrichissement personnel et la pérennisation de leur avenir économique, faisant fi du bien général ! Mais il me semble que je me trompe de sujet et que je m’egare un peu, veuillez bien me pardonner.
    Oui, comme vous le dites vous même , la Grece à été incapable de garder ses enfants, mais la faute à qui? Voir 5 lignes plus haut.
    Pour terminer ce soliloque, et pourtant il y a tellement à dire, je dis et redis que les Grecs d’aujourd’hui, pas tous heureusement devraient bien se garder de vilipender ces « damnés de la Terre  » qui comme eux même à une certaine époque ont fait de même pour ne pas mourir.Quant à la morale, elle n’a rien à voir avec cela. Je ne parle que du droit élémentaire de tout un chacun de vivre dans la dignité. ( voir aujourd’hui.hui, comment dans les pays dit civilisés , on chasse les intrus….et tout spécialement dans ce pays que j’aime tant, où des factions fascistes et neonazis chassent, blessent, voire tuent avec la non intervention des forces de police qui laissent faire….)
    Je suis bien évidemment conscient du fait qu’à notre époque, si matérialiste où seuls les mots argent et profit ont droit de citer, je dois être en très grande minorité.
    Enfin pour terminer, et pour paraphraser Protagoras, j’en ai fait une règle de vie, je dirais : « l’Homme est la mesure de toute chose » .
    Merci de m’avoir lu jusqu’au bout.

    • europegrece dit :

      Bonjour

      Je ne m’en prenais pas spécialement à votre commentaire mais à cet argument souvent cité, en disant un peu tout ce que j’en pensais; tout ne s’adressait donc pas à vous!

      Vous avez raison de dire que l’homme est la mesure de toute chose, mais cette maxime est elle-même à prendre avec mesure (μηδεν αγαν, rien de trop comme on disait à Delphes) et trop d’utopie ou de générosité est aussi mortel (et aussi inhumain et intenable) que pas assez. Pour dire les choses autrement avec une expression bien française qui dit bien ce qu’elle veut dire : l’enfer est pavé de bonne intentions.

      Je suis d’autant plus à l’aise pour débattre de cette question qu’autrefois j’étais le premier à juger les Grecs, avec ma vision française républicaine et laïque de l’immigration, héritée de l’école. Je suis un repenti…

      Il faut voir le comportement des Grecs envers les immigrés clandestins il y a 15 ou 20 ans : il n’avait rien à voir avec ce qu’il est aujourd’hui. C’est bien la preuve que ce qui est en cause, c’est que toute mesure a été dépassée, de sorte que des gens qui étaient très ouverts et généreux sont devenus méfiants et ont peur, dans certains quartiers des grandes villes en tout cas. Dans un tel contexte, il ne sont plus accessibles aux remarques d’ordre moral ou humaniste qu’on pourrait leur faire, ils ont dépassé ce cap. La seule solution me semble donc de rétablir une situation migratoire normale et tenable.

      Je ne connais pas toute l’oeuvre de Taguief mais dans ce texte il ne s’inscrit pas dans le monde néolibéral (ce que vous semblez indiquer), au contraire il montre que c’est le néolibéralisme qui est à l’origine de l’utopie pro-immigration.

      Quant aux agressions anti-immigrés, elles existent mais beaucoup d’agressions sont souvent attribuées un peu vite au racisme (voir par exemple le cas de cet irakien tué récemment, car si certains témoins ont accusé des hommes en noir d’autres affirmeraient qu’il aurait été tué par un de ses compatriotes pour une histoire de règlement de compte liée à la drogue). Et il y a aussi des crimes racistes dans l’autre sens; je pense pas exemple à certains viols qui semblent liés à une vision dégradée qu’ont leurs auteurs des femmes locales.

      Pour reparler de la position des Grecs sur les immigrés il y a quelques années, je pense qu’elle était teintée de cet humanisme chrétien un peu naïf qui caractérise les Grecs et qui se mêle aux idéaux progressistes mais aussi au goût du profit des patrons grecs très peu soucieux de moderniser leur outils de travail d’un point de vue technique et organisationnel, très peu conscients des compétences et des qualités professionnelles des jeunes Grecs, préférant profiter d’une main d’oeuvre immigrée peu qualifiée, nombreuse et pas chère. Ce sont les patrons allemands et australiens qui profiteront à leur place de ces « jeunes qui ne veulent pas travailler. »

      Moralement je suis d’accord pour dire que les immigrés n’y sont pour rien (si ce n’est qu’ils violent la législation relative à l’immigration…). Mais concrètement il n’existe pas d’autre solution que les renvois aux frontières…

      • T_poulos dit :

        C’est un point de vue tout à fait honorable mais qui n.est pas exactement le mien…
        Dont acte!
        Merci de votre réponse …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s