Politique : qui sont les « extrêmes » et les nouveaux partis grecs ?

Aujourd’hui, nous allons marcher sur des oeufs avec un billet qui « sent le souffre », pour préparer nos lecteurs aux élections grecques annoncées pour mai 2012.

Il est certain que les deux grands partis grecs (Nouvelle démocratie et Pasok) se sont disqualifiés aux yeux de l’opinion publique grecque.

Mais ce qui afflige les Grecs, c’est le peu d’alternatives sérieuses offertes par les autres partis.

D’où un grand éclatement du vote et le triomphe des « extrêmes ».

Voici le graphique d’un sondage récent, publié en avril 2012 par l’institut « public issue » pour la chaîne Skaï et le journal Kathimerini  (un peu l’équivalent du Figaro).

En voici les résultats en français.

Pour la compréhension de ce sondage, nous avons classé les différents partis grecs, comme on le fait habituellement, à gauche ou à  droite, ce qui est nécessairement subjectif et sans doute peu satisfaisant – il s’agit seulement de situer de façon approximative leur positionnement politique pour le public français :

Grecs indépendants (difficile à classer): 11%

PASOK (parti socialiste) : 14,5%

Syriza (extrême gauche): 13%
KKE (parti communiste): 11%
Dimokratiki aristera (« gauche démocratique », entre gauche et extrême gauche): 12%
Ecologistes (gauche): 3%
Antarsya (extrême gauche) : 1%

Nouvelle Démocratie (centre droit): 19%
Dimokratiki Simmachia (alliance démocratique, centre droit, parti de Dora Bakoyanni) : 2%
Drasi-Manos (centre droit): 2%

LAOS (« populiste » mais économiquement libéral) : 3%

Chrissi avgi (« Aube dorée », extrême droite): 5%

Autres : 3,5%

Abstention : 19%

La nouveauté est constituée par le fait que même ensemble, les deux grands partis (PASOK et Nouvelle démocratie) ne dépassent pas 50% (33,5% à eux deux).

Les partis d’extrême gauche, en tout cas ceux qui sont clairement à gauche du parti socialiste grec, totalisent 40%.

Autre nouveauté, le parti d’extrême droite « Chrissi avgi » entrerait au Parlement grec avec 5% des voix.

A l’inverse le LAOS (le parti « populiste » parfois comparé au Front national français) devrait quitter les bancs du Parlement avec seulement 3% des voix.

Dernier élément important, la montée des « Grecs indépendants » de Panos Kamménos, un parti inexistant il y a encore quelques mois.

Le LAOS, Chrissi avgi et les « Grecs indépendants » sont peu évoqués dans la presse francophone; ils n’ont pas de véritable équivalent en France.

C’est pourquoi ils sont abordés ici. Il s’agit uniquement de « donner une idée » de ce qui semble important au sein de chacun de ces partis sur la question de la dette et de l’économie, ou sur les aspects les plus inattendus, sans prétendre à l’exhaustivité – libre à nos lecteurs dans les commentaires, de demander à faire préciser les choses s’ils le pensent utile.

La position des partis d’extrême gauche grecs semble plus proche de celle des partis d’extrême gauche français, et donc plus connue du public français; c’est la raison pour laquelle nous ne l’abordons pas – nous tenterons de la résumer également si nos lecteurs en expriment le besoin.

1/ Les « Grecs indépendants » (Anexàrtiti Ellines):

Difficilement classable, se dit en lutte  contre le « nouvel ordre mondial ».

Mouvement, devenu parti, créé sur les réseaux sociaux par le député Panos Kamménos, ancien de la Nouvelle Démocratie (centre Droit), qui a étudié en France (à Lyon).

C’est la grande nouveauté de la scène politique grecque.

Le début de leur déclaration fondatrice :

«Nous, citoyens grecs, qui nous sommes rencontrés ces deux dernières années, affrontant l’offensive du Nouvel ordre des choses à travers les mémorandums, l’humiliation nationale, et l’attaque économique violente dirigée contre la famille grecque, avons convenu de fonder un organe politique nommé « Grecs indépendants ».
Cet organe :
1/ Considère comme non négociables les principes de l’indépendance et de la fierté nationale, de la souveraineté populaire,  de la primauté de l’intérêt national, du respect de la Constitution et de la démocratie parlementaire.
2/ Exige l’abolition du mémorandum et refuse d’accepter la dette écrasante et illégale qui s’est formée avec des intérêts usuraires;   
3/ Refuse l’aliénation de la souveraineté nationale et l’abolition de l’Etat-Nation;
4/ Exige l’abolition de toute immunité d’officiels, de députés et de ministres pour les cirmes qu’ls ont commis contre le Peuple grec et le Bien public, Exige la punition de ceux qui ont dilapidé les deniers publics et la confiscation de leurs biens,
 5/ Garantit les droits souverains de la Grèce en rapport avec :
a) la délimitation des zone économiques exclusives grecques
b) la revendication des indemnités dues par l’Allemagne et des prêts d’occupation
6/ Assure l’équité, l’égalité, la solidarité, la justice et la méritocratie. Protège la famille grecque et le citoyen de l’attaque des marchés. »

Hostile au dernier mémorandum, il lui reproche d’être basé sur le droit anglais et d’avoir anéanti la souveraineté nationale grecque.

Panos Kamménos entretient un discours de révolte aux accents patiotiques.

Dans un discours au parlement il a appelé les Grecs à appliquer l’article 120  de la constitution grecque, dernier alinéa, selon lequel:
« 4. L’observation de la Constitution est confiée au patriotisme des Hellènes, qui ont le droit et le devoir de résister par tous les moyens à quiconque entreprendrait son abolition par la violence. »

Il a accusé la famille Papandréou d’avoir été financièrement intéressée dans le choix de recourir au FMI.

Certains des discours de Panos Kamménos peuvent paraître assez inhabituels pour un homme politique européen :
– il considère que le but de la manoeuvre des créanciers de la Grèce est de prendre possession des ressources naturelles encore inexploitées de la Grèce (pétrole, gaz, uranium), et de mettre en place « le nouvel ordre mondial » et « la nouvelle monnaie mondiale ».
– il considère que l’Irlande et la Grèce étaient le « village gaulois » rétif à la mondialisation et au « nouvel ordre mondial », raison pour laquelle celui-ci aurait choisi de les soumettre (http://www.youtube.com/watch?v=h0axxfYt-Y8);
– au Parlement il cite le livre de Kinman, « The Worlds Last Dictator », qui cite lui-même une phrase attribuée à Rockfeller qui aurait déclaré : « Nous sommes à la veille d’une grande transformation du système mondial;, tout ce dont nous avons besoin c’est de la bonne crise, de la crise majeure, qui va contraindre les nations à accepter le nouvel ordre mondial. » ( http://www.youtube.com/watch?v=TEfCVh-LbL8 );

De ce point de vue il développe les thèses que ses détracteurs assimilent à la théorie du complot.

Des thèses que l’on retrouve chez ceux qui se déclarent résistants au « nouvel ordre mondial » dans d’autres pays, tels en France, Alain Soral ou, aux Etats-Unis, Alex Jones.

Ce n’est absolument pas une nouveauté en Grèce car les milieux nationalistes grecs développent ce type de thèses depuis plusieurs décennies, dans divers ouvrages publiés par les éditeurs athéniens de longue date.

La nouveauté c’est que ces concepts débordent à présent du camp nationaliste, pour atteindre un mouvement composé d’hommes et de femmes politiques très divers et jusque là peu enclins à ce type de thèses.

Panos Kamménos a déjà déclaré que la Grèce ne devrait pas hésiter à emprunter à la Chine ou à la Russie si l’union européenne devait persister dans sa politique actuelle.

Il considère que la Grèce peut rester dans l’euro tout en refusant de payer les « dettes odieuses« .

Bref un parti qui tente de faire passer le message qu’il dépasse les clivages habituels au nom du patriotisme.

2/ Le LAOS, en grec « Rassemblement populaire orthodoxe »:

Ce parti pourrait être qualifié de « Droite populiste » (au sens littéral), comme certains partis d’Europe du Nord.

Partisan d’un moratorium de 5 ans sur la dette. Le LAOS reproche également au dernier mémorandum d’être basé sur le droit anglais, d’avoir lié la Grèce jusqu’en 2020, de trop restreindre la souveraineté nationale, et d’avoir diminué les retraites.

Avant même la crise, le LAOS était partisan d’un développement des relations entre la Grèce et Israël sur le plan diplomatique, militaire et économique, et de la délimitation de la zone économique exclusive grecque afin d’exploiter les ressources en hydrocarbures. Son Président Karatzaféris, a été un des initiateurs et des plus fervents partisans du rapprochement de la Grèce avec Israël à une époque où la classe politique grecque était encore, au contraire, pro-palestinienne; paradoxalement, il doit s’expliquer régulièrement dans les média qui l’ont accusé d’antisémitisme en raison de certaines déclarations datant des années 90.

Partisan des relations avec la Russie, y compris sur le plan économique, et de l’ouverture des ports grecs à la marine de guerre russe, sans pour autant s’opposer au maintien de la Grèce dans l’OTAN. Karatzaféris considère manifestement que le renforcement du lien avec     Israël doit permettre à la Grèce de conserver ses liens avec les Etats-Unis malgré le rapprochement avec la Russie.

En avril 2012 à la veille de Pâques le LAOS a annoncé qu’il utiliserait pour l’aide sociale, les sommes versées par l’Etat aux partis, et a créé une épicerie sociale.

Le LAOS considère que la Grèce n’aurait pas du rentrer dans l’euro mais qu’en sortir n’est plus possible et aurait des conséquences catastrophiques.

Le LAOS au gouvernement : le LAOS a fait provisoirement son apparition dans le gouvernement de transition fin 2011 avec la mise en place du Premier ministre Papadimos, notamment par le biais du ministre du transport Makis Voridis et du vice-ministre de la marine marchande Adonis Georgiadis. Le LAOS a quitté le gouvernement au bout de 3 mois, au motif qu’il était opposé au dernier mémorandum accepté par le Premier ministre. Les ministres Georgiadis et Voridis qui se sont prononcés en faveur du dernier mémorandum, ont été exclus du parti. Georgiadis s’est inscrit à la Nouvelle Démocratie (centre droite), a démissionné de sa fonction de vice-ministre et n’a pas repris sa fonction de député pour ne pas être accusé de rester alors qu’il avait été élu sous une autre étiquette; Voridis est resté ministre. Il n’y a plus aucune député du LAOS au gouvernement. La perte de ces deux poids lourds a mis le LAOS en mauvaise posture dans les sondages. Mais il s’agissait aussi des deux membres les plus controversés du LAOS (Voridis, pour avoir été membre d’un mouvement étudiant équivalent au GUD français; Georgiadis pour avoir, en tant qu’éditeur, publié le livre d’un auteur considéré par certains comme antisémite).

3/ « Chrissi avgi », en grec « Aube dorée » :

Ultra-nationaliste, qualifié de néo-nazi par ses détracteurs (y compris par le président du LAOS qui accuse aussi Chrissi Avgi d’être hostile à l’église orthodoxe). Le Symbole de Chrissi Avgi comprend le premier élément d’une frise grecque noire sur fond rouge.

Se dit partisan de la « troisième idéologie » (« nationaliste-révolutionnaire »).

Il demande la dénonciation du mémorandum, un contrôle comptable de la dette publique et de toutes les conventions de prêt depuis 1974 et le refus de payer les dettes considérées comme illégales ou excessives.

Il demande la nationalisation des banques ayant été recapitalisées avec l’appui de l’Etat, la nationalisation de l’exploitation des ressources d’hydrocarbures récemment découvertes et le réinvestissement des revenus de l’Etat dans la production, visant l’autarcie.

Pour nos lecteurs anglophones, le New York  Times vient de consacrer un article à Chrissi Avgi sous le titre « Hard Times Lift Greece’s Anti-Immigrant Fringe »). Selon le journal, les autres partis ont peur de faire campagne dans la rue, contrairement à Chrissi Avgi qui en outre est plébiscitée par une partie de la population chaque fois que les faits divers (meurtres, viols) impliquant des immigrés défraient la chronique.

Concernant l’euro, le dirigeant de Chrissi Avgi, Nikolaos Michaloliakos,  a indiqué que la Grèce avait trop payé pour l’euro pour en sortir pour l’instant, mais que lorsque la Grèce aura reconstruit son économie sur les bases « saines » qu’il préconise sa présence ou sa sortie de la zone euro sera indifférente.

Bilan…

Chrissi Avgi, donc, entrerait au Parlement, si les sondages se confirmaient dans les urnes.

On l’aura compris, le monde des idées politiques est en pleine explosion en Grèce.

Une partie importante de la population estime avoir essayé sans succès, depuis 40 ans, les partis « modérés », ceux qui jouaient le jeu du politiquement correct. Se sentant trahie, elle est prête à basculer, à tout essayer, même ce qui paraissait inimaginable il y a quelques années. A se révolter, du moins politiquement.

Que faut-il de plus, pour que l’Europe des comptables, des usuriers et des donneurs de leçons, s’aperçoive qu’elle fait fausse route, et qu’elle jette les peuples européens dans les bras du désespoir le plus absolu?

Cet échec politique, ce n’est pas seulement celui des deux grands partis de gouvernement grecs. C’est aussi celui de la Troika (union européenne, FMI, BCE) : par son attitude qui a été ressentie comme humiliante, comme visant à « punir » tous les Grecs sans distinction, elle a affaibli fortement les trois seuls partis qui étaient prêts à collaborer avec elle et qui soutenaient le premier mémorandum (Pasok, ND, Laos), au profit des autres…

Une fois de plus, malheureusement,  l’Union européenne montre qu’elle ne parvient pas à être autre chose qu’un monstre technocratique froid sans aucun sens politique.

Mise à jour du 30/04/2012 : nous avons précisé la position de chacun de ces partis sur l’euro

Sur les espoirs que fait naître la Russie au sein de ces partis, une notre analyse ici :

https://europegrece.wordpress.com/2012/04/15/la-grece-prise-entre-les-extremes-et-les-tentationsexotiques-lue-absente-des-espoirs-grecs-1ere-partie/

 

Mise à jour du 10/05/2012:

Présentation plus complète des Grecs indépendants ici (et en commentaire, d’Aube dorée):

https://europegrece.wordpress.com/2012/05/09/fixation-de-la-presse-europeenne-sur-laube-doree-et-les-grecs-independants/#comment-197

Advertisements
Galerie | Cet article a été publié dans 5- Economie & Société, 9- Divers, Spécial Elections 2012 & 2014. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Politique : qui sont les « extrêmes » et les nouveaux partis grecs ?

  1. Ping : La Grèce prise entre les “extrêmes”, et les tentations”exotiques”. L’UE absente des espoirs grecs ? (1ère partie) | europegrece

  2. Christiane K dit :

    Ouverture à la Russie sur tous les plans est non seulement souhaitable, mais nécessaire et urgente….

  3. Posboro dit :

    Question donc. Puisqu’il s’agit de « situer pour le public français ». Y a-t-il un comparatif possible entre les programmes politiques du Laos, du FN, et de l’Aube Dorée ? Un parallèle qui mette en vis-à-vis leurs postures respectives sur l’immigration, la taxation, « l’ordre moral » et les libertés sociales, etc, histoire d’évaluer plus clairement lesquels sont les plus extrémistes sur quels plans ?

    • europegrece dit :

      Pourquoi pas, dès qu’on aura le temps 🙂

      Je pensais commencer à le faire mais ça signifiait traduire des fascicules ou des sites de partis entiers. Pas le temps.

      Si vous voulez m’envoyer une liste de la façon dont vous situez le FN point par point ça me facilitera la travail et je m’engage à essayer de vous donner la réponse point par point dans la seule mesure où ils se sont exprimés sur sur chacune de ces questions, pour le Laos, Aube dorée et les Grecs indépendants.

    • Christophe Mécrin dit :

      Aube dorée est, disons, un peu plus à droite que le FN. Il entretient des relations avec « Renouveau Français », groupuscule qui se situe un pied dehors et un pied dans le FN. Ils ont fait campagne pour Gollnish contre Le Pen quand il s’est agi de remplacer Le Pen père.
      D’autre part, Aube Dorée commence à disposer de sortes de « milices », avec lesquels ils attaquent immigrés et militants de gauche et perturbent les bureaux de vote. Leur chef s’est pointé à l’Assemblée de la ville d’Athènes en uniforme.
      Tout ça ressemble plus au NSDAP qu’au FN … Mais enfin, nos fachistes à nous ne nous ont encore pas montré toute l’étendue de leurs ressources !

      • europegrece dit :

        Aube dorée, c’est certain, est un parti ultra-nationaliste dont la popularité se fonde en grande partie sur ses groupes de très jeunes militants qui l’ont rendu populaire dans certains quartiers défavorisés en s’en prenant par la force à certains délinquants et en distribuant de la nourriture.

        Ils surfent sur le fait que l’état social grec est inexistant et profitent du fait qu’ils sont la seule structure organisée dans ces quartiers, outre certains bastions traditionnels en province.

        Ils jouent aussi sur le fait que la gauche grecque pendant des années a été totalement incapable de parler de contrôle d’immigration par peur de passer pour raciste.

        En ce sens comme ailleurs en Europe, les extrêmes occupent le vide qu’on veut bien leur laisser.

        Dommage qu’en France personne ne parle des Grecs indépendants : Aube dorée existe politiquement depuis 1992 (avant ils n’étaient pas un véritable parti). Les Grecs indépendants existent depuis 2 mois et ont fait un meilleur résultat qu’Aube dorée.

        C’est comme si en matière de discours patriotique, on préférait parler davantage des plus caricaturaux, des plus indéfendables, que des autres. Qu’on soit d’accord ou pas avec eux, les Grecs indépendants constituent un autre mouvement de résistance radicale aux mémorandums.

        Quant à la violence politique, on doit à la vérité de dire qu’en Grèce elle est très largement partagée par des extrêmes des deux bords. Voir le 17 novembre pendant des années jusqu’à l’arrestation de leur chef, et certains groupes violents oeuvrant dans le centre d’Athènes aujourd’hui. Un ancien du LAOS actuellement à la Nouvelle démocratie, Adonis Georgiadis, a par exemple eu sa librairie brûlée 17 ou 18 fois. En nombre de morts je ne suis pas certain que ce ne soit pas le terrorisme d’extrême gauche qui ait fait le plus de victimes depuis 40 ans en Grèce.

  4. Ping : Aube dorée : chronique d’un ratage complet – pourquoi ses opposants sont aussi ses meilleurs militants. | europegrece

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s