Immigration : la tartuferie européenne vis à vis de la Grèce

Nous avons récemment rapporté les échanges de tir à la frontière gréco-turque entre la police et l’armée grecque et les passeurs turcs.

Depuis quelques mois la Grèce est accusée de « laxisme » en matière d’immigration clandestine.

Et en ce mois de mars 2012, c’est au tour de l’Autriche et de l’Allemagne d’exiger que la Grèce « surveille davantage » la frontière gréco-turque.

Une véritable tartuferie puisqu’en janvier 2011, la Commission européenne avait  émis des réserves sur le projet de la Grèce de clôturer une partie de sa frontière terrestre avec la Turquie pour compliquer la tâche des passeurs, et canaliser les flux d’immigrés clandestins.

Ainsi alors que la Grèce serait en droit de tout tenter, et alors qu’on lui reproche de ne pas en faire assez, les bonnes âmes jouent avec les mots et parlent de nouveau  « mur de Berlin », tandis que l’aide européenne de surveillance de la frontière (via FRONTEX) est manifestement insuffisante.

La Grèce est devenue la principale porte d’entrée des immigrés clandestins dans l’Union européenne.

Ces immigrés clandestins passent par la Turquie qui a mis en place un régime de visas libres avec la Syrie, le Yémen, la Libye, le Liban, le Maroc, la Tunisie et d’autres pays.  La Grèce n’a pas les moyens de les accueillir.

Mise à jour du 14 mars 2012:

Ne mâchant pas ses mots et loin des Tartuffe de Bruxelles, Arno Klarsfeld, vient de plaider pour un mur tout au long de la frontière : « une grande barrière sur toute l’étendue du territoire, avec des patrouilles qui patrouillent sans cesse. C’est ce qu’il faut faire aux frontières européennes, c’est-à-dire en Grèce.” « Un mur c’est fait avec des fils, des barbelés, un mur quoi, comme à Rome, il y avait un mur. La paix a duré quatre siècles. »

Nous informons nos lecteurs que la vision d’Arno Klarsfeld n’est pas très éloignée du projet grec, qui en plus du mur prévoit un fossé qui doublera la rivière Evros entièrement construit pas les ingénieurs et conducteurs d’engins de l’armée grecque en coopération avec des professeurs de l’université de Thessalonique; ce fossé aura également des fonctions agricoles puisqu’il pourra servir de bassin de rétention.

Advertisements
Galerie | Cet article a été publié dans 7- Immigration. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s