Sous-entendus du ministre de l’économie allemand sur la « suspension » du « processus démocratique normal » en Grèce ?

Les réactions de la presse grecque sur les sous-entendus du ministre de l’économie allemand sur la « suspension » du « processus démocratique normal » en Grèce ne se sont pas faites attendre.

Ou comment la technocratie dévore la démocratie, au nom du paiement de la dette.

Ce 15 février 2012, Wolgang Schäuble, ministre de l’économie allemand, était interrogé par la radio allemande SWR sur la réaction de Berlin face à un probable renforcement des forces politiques de gauche et de droite hostiles au  « mémorendum » sur la dette, pour le cas où des élections se tiendraient en Grèce en avril 2012.

Selon la presse grecque, il aurait répondu qu’il n’était pas favorable à la tenue d’élections en Grèce en l’état, et affirmé que la Grèce devrait adopter pour un certain temps l’exemple de l’Italie avec son gouvernement dirigé par Mario Monti soutenu par tous les partis pour mettre les choses sur la bonne voie.

Le ministre allemand aurait surtout déclaré : « Par la suite un processus démocratique normal pourra à nouveau fonctionner, avec les conséquences que l’on a vu en Grèce ces dernières décennies. »

Dans un pays marqué par 7 ans de dictature (1967-1974), ces déclarations confirment que la nomination de gouvernements de « technocrates » est perçue par les élites européennes elles-mêmes comme une suspension du processus démocratique normal. Les sous-entendus de M. Schäuble qui assimile la démocratie à l’inefficacité sont également lourds de sens.

Peut-être M. Schäuble est-il nostalgique du budget grec de 1972, sous la dictature des colonels, un budget excédentaire tel que la Grèce n’en connaîtra pas en trente ans de démocratie. Mais est-ce une raison pour fouler au pas la démocratie?

Espérons que ces déclarations seront unanimement condamnées en Europe.

Ces déclarations illustrent de la façon la plus caricaturale le travers de certaines élites européennes. Au nom de la bonne gestion, au nom des principes comptables, au nom de la rectitude budgétaire et de l’efficacité, on ne se contente pas de condamner la mauvaise gestion des comptes publics grecs.

On humilie, on lynche, on pille un pays en le rachetant à bas coût, et on crache sur la démocratie en s’immisçant dans ses procédures démocratiques et en sous-entendant que la démocratie, en Grèce, ne peut être synonyme que d’inefficacité.

Qui rappellera aux dirigeants européens que les principes démocratiques et le respect des peuples valent davantage que les prêts d’argent, et qu’ils doivent apprendre à composer avec ce système complexe et imparfait mais incontournable, qu’on appelle la démocratie?

Certains pensent peut-être qu’il faut effacer la démocratie au nom de la dette. Après de telles déclarations nous pensons au contraire qu’il faut effacer définitivement l’intégralité de la dette des spéculateurs, et ce au nom de la démocratie (rappel : dette 2009 de la Grèce :120% du PIB; dette 2011 : 160% du PIB par l’effet de la spéculation sur les taux d’intérêt et non par l’effet de nouvelles dépenses).

Car si cette dette est un danger pour la démocratie, alors elle est un ennemi à combattre. Elle n’est plus juste une somme à rembourser.

Source : http://www.tovima.gr/politics/article/?aid=443753

En allemand depuis le site du ministère des finances (notamment le 11e paragraphe en partant de la fin):

http://www.bundesfinanzministerium.de/DE/Presse/Reden-und-Interviews/20120215-swr.html

Publicités
Galerie | Cet article a été publié dans 6- Relations avec les pays du Nord. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Sous-entendus du ministre de l’économie allemand sur la « suspension » du « processus démocratique normal » en Grèce ?

  1. europegrece dit :

    Vous savez elles vont peut-être avoir lieu tout de même : tout se faisait en coulisses. Quand les choses se font au grand jour et que les peuples insistent très fort je ne sais pas si les technocrates ont toujours le courage de résister…

    • Nicolas V dit :

      Finalement peut-être. Dans les journaux grecs il est sorti la liste des nouveaux gouvernants choisis par l’UE après les élections : ND :25%, Pasok :6%, Laos : 4% et enfin Dora Bakoyiannis qui demande depuis longtemps : moins de 2%, elle ne sera probablement même pas deputee mais il faut repêcher ses allies.
      On

  2. Nicolas V dit :

    Depuis octobre, des élections st prévues, janvier, puis le 19 février, mars, avril. Depuis octobre, je dis il n’y aura pas d’elections. L’UE bras arme de Goldman Sachs ne peut pas tolérer un processus démocratique.
    Juste du bruit … Encore du bruit… Écoutez le bruit, Amusez-vous…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s