L’Europe ignore les "Grecs indépendants"… et se fascine pour Aube dorée.

Fixation de la presse européenne sur Aube dorée… Et les "Grecs indépendants"?

Depuis l’annonce des résultats des élections législatives grecques de mai 2012, la presse européenne concentre son attention sur deux courants politiques grecs.

D’une part sur la Gauche radicale, arrivée deuxième (le SYRIZA), dont le leader Alexis Tsipras, vient de déclarer que le vote grec rendait nuls et non avenus les "accords de renflouement" signés par Papandréou et Papadimos (il l’a par ailleurs écrit dans une lettre adressée au Président de la Commission européenne). Et d’autre part, sur les ultra-nationalistes de l’Aube dorée (Chrissi Avgi) au discours implacable, à l’apparence martiale, qualifiés de néo-nazis par leurs détracteurs, et qui rejettent également le plan d’austérité.

Quelle est pourtant la deuxième force "anti-plan d’austérité" de Grèce?

Il ne s’agit pas "d’Aube dorée", mais des "Grecs indépendants" (qu’"Europe Grèce" a déjà brièvement présentés avant l’élection : Politique : qui sont les "extrêmes" et les nouveaux partis grecs ?)

Nés des réseaux sociaux (facebook, twitter) sous l’impulsion du député Panos Kamménos, les "Grecs indépendants" se sont constitués en tant que parti seulement quelques semaines avant les élections et ont pourtant  remporté 10,60%  des suffrages, soit davantage que le parti communiste. (photomontage: Panos Kamménos devant le Parlement, www.parapolitika.gr/).

Les « Grecs indépendants » sont donc le deuxième parti d’opposition radicale aux plans européens de renflouement, après le SYRIZA et ses 16,78%.

L’Aube dorée a décidé d’entrer en politique en 1992 et a remporté 6,97% des suffrages 20 ans après, en ces élections de mai 2012.

C’est pourtant l’Aube dorée qui a droit aux faveurs du 20 heures de France 2 ce mardi 8 mai 2012.

Comme si on voulait faire passer le message qu’au sein des forces politiques grecques opposées aux plans de "renflouement", il n’y avait que la Gauche radicale, qui puisse constituer une force "respectable" aux yeux des partis européens de gouvernement et de l’intelligentsia européenne. Comme si on voulait faire passer le message que tous ceux qui, en Grèce, fondent leur résistance sur le concept de nation, sont des partisans "d’Aube dorée".

Les "Grecs indépendants" tiennent un discours plus national et patriotique qu’internationaliste, ils n’appartiennent pas à la gauche radicale, mais ne sont pas aussi "télégéniques" que l’Aube dorée – contrairement à elle, ils ne fêtent pas leur score en brandissant des flambeaux à l’occasion de défilés nocturnes.

Non pas que les "Grecs indépendants" soient exempts de toute critique (certains accusent Kamménos de démagogie, ou d’avoir parfois un discours complotiste du fait qu’il se dit opposé au "Nouvel ordre mondial") mais il s’agit incontestablement d’un mouvement favorable à la démocratie parlementaire.

Outre le fait que le vote grec est critiqué sans tenir compte de l’état de désespoir absolu dans lequel se trouve la société grecque, il est impossible d’accuser les "Grecs indépendants" d’un quelconque racisme, d’une quelconque parenté avec l’idéologie fasciste, d’un quelconque antisémitisme, ou d’un quelconque « anti-sionisme » (ce dernier élément a son importance dans le contexte géopolitique grec – la Grèce est en train de développer une coopération énergétique et militaire avec Israël, ce qui paraît  relever de son intérêt national bien compris – alors que la Gauche radicale grecque et l’Aube dorée sont traditionnellement beaucoup plus « réservées » sur la question du développement des relations avec ce partenaire stratégique, et affichent leur soutien à la cause palestinienne).

Les "Grecs indépendants" semblent constituer une force d’un type nouveau, attachée à l’Etat-nation mais aussi à ce qu’ils considèrent comme étant les valeurs fondatrices de l’union européenne par opposition à ce qu’ils estiment être une dérive de l’Union européenne vers la "dictature économico-financière."

Ils mêlent discours national d’une part, et positions économiques et sociales qui pourraient être qualifiées de centristes ou trans-courant d’autre part (certains diraient "souverainistes" mais il n’est pas possible d’assimiler leurs thèses à celles d’un Dupont-Aignan en France, notamment en raison de leur position plus européenne – bien qu’opposés au fédéralisme intégral  – et de leur position par rapport à l’euro ainsi qu’en raison du caractère très spécifique à la France du Gaullisme dont se réclame Dupont-Aignan).

Une sorte de "centre patriotique" (le terme est sans doute impropre) qui appelle d’ailleurs les anciens députés du PASOK et de la "Nouvelle démocratie" hostiles aux plans de renflouement, à le rejoindre.

Kamménos, issu du centre droit (Nouvelle Démocratie), dirige donc le seul mouvement "anti-plan d’austérité" qui refuse à la fois l’idéologie de la gauche radicale et l’ultra-nationalisme d’Aube dorée.

Plutôt que d’essayer de trop classer ce parti assez nettement inclassable, précisons que les "Grecs indépendants" se focalisent sur la nécessaire réorganisation de l’état, la volonté de faire un audit de la dette, le refus de payer la « dette odieuse », « l’amélioration qualitative de la démocratie », la relance de la production locale, la demande de remboursement du prêt forcé consenti à l’Allemagne pendant la 2e guerre mondiale, la défense des « objectifs stratégiques nationaux » parmi lesquels la résolution du problème de la baisse de la natalité, et la valorisation du mérite plutôt que du clientélisme politique dans la prise de décision dans les  affaires économiques, diplomatiques, de sécurité et de défense; création d’une Banque nationale d’investissement (financée notamment par la propriété foncière de l’état grec) sur le modèle de la KfW Bankengruppe allemande c’est à dire  mettant en œuvre les missions d’intérêt public telles que le soutien aux PME et à la création d’entreprises, la mise à disposition de crédits d’investissement aux petites et aux moyennes entreprises ainsi que le financement de projet de création d’infrastructures et de logements; diverses mesures visant à mieux encourager et coordonner l’activité économique en Grèce et les exportations; l’exploitation de la zone économique exclusive grecque en mer Egée; et en matière migratoire, ils prônent l’établissement d’une nouvelle politique migratoire par le biais de mesures visant à supprimer les appels d’air (modification du code de la nationalité), renforcement de la surveillance aux frontières, modification des accords de Dublin II,  mise en place des infrastructure nécessaires aux reconduites à la frontière, mise en place d’un quota maximal chiffré d’immigrés (éléments tirés d’un document intitulé « idéologie programmatique » rédigé par les « Grecs indépendants » et disponible sur leur site internet). Ils ne sont pas pour la sortie de l’euro.

Kamménos est aussi opposé à la privatisation de certains services.

Sur le programme – Précision :

En page 18 de leur programme les Grecs indépendants précisent qu’ils ne dénonceront les accords d’austérité qu’après les actions suivantes :

  • après avoir rétabli le contrôle de l’Etat grec sur la Banque de Grèce,
  • après avoir posé devant les tribunaux internationaux compétents et la communauté internationale la question des indemnités dues à la Grèce par l’Allemagne du fait de la 2e guerre mondiale,
  • après avoir décrété la zone économique exclusive grecque (pour l’exploitation des hydrocarbures),
  • après avoir trouvé des liquidités à court terme et des sources alternatives de financement de l’État grec (à noter que Kamménos a indiqué plusieurs fois qu’il ne fallait pas hésiter à emprunter à la Russie ou à la Chine),
  • après qu’ait été effectué le contrôle comptable de la dette afin d’en déterminer la part « indigne » et léonine, de sorte que la Grèce puisse trouver les arguments de négociation forts et des sources alternatives de financement pour ne pas compromettre les possibilités de paiement du gouvernement grec, les importations et le paiement des salaires et des pensions.

Voici, à nouveau, le début de leur déclaration fondatrice :
«Nous, citoyens grecs, qui nous sommes rencontrés ces deux dernières années, affrontant l’offensive du Nouvel ordre des choses à travers les mémorandums, l’humiliation nationale, et l’attaque économique violente dirigée contre la famille grecque, avons convenu de fonder un organe politique nommé « Grecs indépendants ».
Cet organe :
1/ Considère comme non négociables les principes de l’indépendance et de la fierté nationale, de la souveraineté populaire,  de la primauté de l’intérêt national, du respect de la Constitution et de la démocratie parlementaire.
2/ Exige l’abolition du mémorandum et refuse d’accepter la dette écrasante et illégale qui s’est formée avec des intérêts usuraires;   
3/ Refuse l’aliénation de la souveraineté nationale et l’abolition de l’Etat-Nation;
4/ Exige l’abolition de toute immunité d’officiels, de députés et de ministres pour les crimes qu’ils ont commis contre le Peuple grec et le Bien public, Exige la punition de ceux qui ont dilapidé les deniers publics et la confiscation de leurs biens,
 5/ Garantit les droits souverains de la Grèce en rapport avec :
a) la délimitation des zone économiques exclusives grecques
b) la revendication des indemnités dues par l’Allemagne et des prêts d’occupation
6/ Assure l’équité, l’égalité, la solidarité, la justice et la méritocratie. Protège la famille grecque et le citoyen de l’attaque des marchés. »

Mise à jour : appel de Kamménos à élargir le « front anti-mémorandum »

Dans son discours aux députés des "Grecs indépendants" du 9 mai 2012 , Panos Kamménos a appelé à la formation d’un plus large front anti-austérité et "anti-mémorandum" en Grèce, en demandant aux députés de la Nouvelle Démocratie et du Pasok de ne plus obéir à la discipline de leur parti et de pousser Samaras et Vénizélos à renoncer aux lettres qu’ils avaient rédigées à la demande de la Troïka et où ils s’engageaient à ne pas remettre en cause l’accord de « renflouement »…

L’on assiste de la part de Kamménos et de Tsipras à un véritable "forcing" pour faire voler en éclats, par la volonté populaire, les accords passés avec la Troïka.

Qui est Michaloliakos, président d’Aube dorée?

A l’inverse des "Grecs indépendants", Aube dorée est un parti ultra-nationaliste dont la popularité se fonde en grande partie sur ses groupes de très jeunes militants qui patrouillent dans certains quartiers défavorisés en prétendant assurer une présence là où la Police ne le fait plus, et en distribuant de la nourriture aux personnes défavorisées.

Certaines de ses méthodes comme l’action sociale à destination uniquement des Grecs, rappellent par certains points le fonctionnement des militants de la Casa Pound en Italie. La “littérature” sur laquelle Aube dorée se fonde est la même que celle que l’on peut trouver à la Casa Pound.

Michaloliakos s’était inscrit à l’âge de seulement 16 ans dans le “parti du 4 août”, dont le fondement idéologique est précisément la pensée de Métaxas – le terme “parti du 4 août” provient du “régime du 4 août”, nom donné au régime de Métaxas.

Qui était Métaxas? Il faut rappeler qu’en Grèce, lorsque l’Italie fasciste attaqua la Grèce en 1940, elle fut défaite par une Grèce elle-même préparée et dirigée par le Dictateur Métaxas, qui s’était octroyé les pleins pouvoirs avec l’appui du Roi de Grèce profitant de l’instabilité parlementaire, et dont le régime n’était pas sans présenter certaines similitudes, par l’esthétique et l’idéologie (avec par exemple le recrutement de la jeunesse au sein de “l’EON” ou “organisation nationale de la jeunesse” pour la former idéologiquement et physiquement), avec l’idéologie alors au pouvoir en Italie. Métaxas refusera cependant de coopérer avec l’Italie, et fera ensuite figure de héros lorsque l’armée grecque, bien préparée, repoussera l’armée italienne jusqu’en Albanie.

Métaxas se disait inspiré de la Grèce ancienne, et notamment de Sparte. Mais la principale inspiration contemporaine de Métaxas sera le Dictateur portugais Salazar. Il n’est pas contestable que l’on retrouve chez Aube dorée une fascination pour l’esthétique “fasciste” mais, en quête de respectabilité, ses membres prennent soin d’indiquer à chaque fois qu’il s’agirait de symboles qui existaient déjà dans l’antiquité (son symbole est le méandre grec).

En juillet 1974 Michaloliakos sera arrêté pour avoir manifesté devant l’Ambassade du Royaume Uni à Athènes contre le rôle joué selon lui par la Grande Bretagne dans l’invasion turque à Chypre. Il sera à nouveau arrêté en 1976, accusé de s’en être pris à des journalistes lors de l’enterrement d’un ancien exécutant des basses oeuvres de la junte, puis relâché. Il sera enfin arrêté une troisième fois en 1978. D’abord soupçonné de crime pour la détention de dynamite et de détonateurs sur le fondement de la loi anti-terroriste, les charges contre lui seront allégées et il sera finalement uniquement condamné pour le délit de violation de la loi sur la détention d’armes, à 13 mois de prison (on retrouve même les archives de ses déclarations devant le juge sur internet).

En décembre 1980 Michaloliakos créera le journal “aube dorée” où il développe ses thèses nationalstes et sa fascination pour la Grèce ancienne.

Michaloliakos fera ensuite très brièvement partie de l’EPEN pendant quelques mois, entre avril 1984 et janvier 1985; pendant cette courte période il dirigera même le mouvement de jeunesse mais il en démissionnera très rapidement (l’EPEN, dont le symbole est la flamme bi-colore inspirée de celle tricolore du Front national français, était un parti politique d’extrême droite dont on dit qu’il fut inspiré depuis la prison de Koridalos par le colonel Papadopoulos alors que celui-ci purgeait sa peine de prison à perpétuité – il s’agit du dirigeant de la première junte grecque, celle qui dura de 1967 à 1973 avant la prise du pouvoir par le colonel Ioannidis de 1973 à 1974).

En 1985 Michaloliakos crée donc son propre mouvement, du même nom que sa revue « aube dorée » (ses partisans clament que le mouvement avait été créé dès 1981 où il aurait déclaré sa fidélité à la constitution grecque actuelle devant la Cour suprême – la date est à vérifier). Mais ce n’est qu’en 1992-1993 qu’il rentre véritablement dans l’arène politique, participe à diverses manifestations et commence à faire parler de lui.

Les opposants à Aube dorée affirment que des membres du parti se sont portés volontaires pour combattre auprès des Serbes contre les Musulmans bosniaques pendant la guerre en Yougoslavie (il est absolument certain que plusieurs dizaines de volontaires grecs se sont portés volontaires pour rejoindre les rangs des Serbes mais difficile de vérifier si certains d’entre eux étaient des sympathisants ou des militants d’Aube dorée).

Michaloliakos est l’auteur de plusieurs ouvrages dont : « Les derniers croyants »; « Défendre la Mémoire Nationale »; « Confessions d’un gentil » (en grec, gentil se dit « Ethnikos »; le terme désigne ceux qui croient en la religion polythéiste des Grecs anciens par opposition au Christianisme; pour ne pas choquer certains membres du courant nationaliste grec Michaloliakos expliquera que ce livre n’exprime qu’une vision poétique et qu’il est bien chrétien…).

Aube dorée mêle donc, influences typiques du nationalisme grec, d’autres influences  venues d’ailleurs et une vision très personnelle et mystique de son dirigeant.

Aujourd’hui une nouvelle génération de militants comme Ilias Kasidiaris tente de renouveler l’image et les méthodes de ce parti, mais ne parvient pas à se défaire d’une réputation alimentée par son esthétique et la dureté extrême de ses discours, tant sur le fond que sur la forme.

On peut encore citer Giorgos Yérménis, bassiste du groupe de Black Metal "Naer Mataron".
http://www.myspace.com/naermataron

Désormais Giorgos Yérménis est député d’Aube dorée.

Depuis son élection, Ilias Kasidiaris parcourt les plateaux télévisés ou les chaînes de radio, affichant une nette volonté de rassurer et de se "dédiaboliser" pour expliquer que son parti ne serait qu’un "parti nationaliste" (et non pas néo-nazi ni fasciste) mais respectueux de la loi  et surtout du régime constitutionnel grec actuel; il semble gêné par certains écrits anciens que les journalistes prêtent à Michaloliakos; interrogé sur le nazisme il affirme que Chrissi Avgi aurait combattu contre l’envahisseur pendant la 2e guerre mondiale si elle avait existé à cette époque; « piégé » sur la question de la compatibilité des idées d’Aube dorée avec les valeurs chrétiennes par les journalistes, il reproche à l’église grecque d’aider indifféremment les Grecs et les immigrés clandestins dans ses oeuvres sociales, et cite l’exemple de certains prêtres ayant combattu pendant la guerre d’indépendance grecque il y a 200 ans.

Il indique également qu’Aube dorée est pour une alliance gréco-russe.

Un exemple d’interview,  ici pour les hellénophones :

http://www.youtube.com/watch?v=_HY8-gZVZ68&feature=relmfu

Ce chaos électoral fait au moins le beurre des émissions satiriques :


Mise à jour :

Un lien intéressant envoyé par un internaute, sur les chiffres par circonscription  :

http://www.athensnews.gr/content/55344 

Pour Aube dorée :

Circonscription A d’Athènes : 8.78%

Circonscription A du Pirée : 8.88%

Circonscription B du Pirée : 9.49%

Attique : 9.69%

Thessalonique A: 6.91%

Thessalonique B : 7.85%

Circonscription ‘B d’Athènes : 6.71%

Bref, tous les scores d’Aube dorée de ces grand centres urbains sont supérieurs à  la moyenne nationale d’Aube dorée sauf Athènes B’ à 0,20% près.

On retrouve des scores importants dans certains bastions de province mais ce sont les scores plus faibles de certaines régions qui font baisser la moyenne constatée dans les grandes villes.

Galerie | Cette entrée a été publiée dans 1- Réactions à la Presse, Spécial Elections 2012. Bookmarquez ce permalien.

4 réponses à L’Europe ignore les "Grecs indépendants"… et se fascine pour Aube dorée.

  1. rdud dit :

    Pour savoir qui est Aubé dorée, leur programme selon leur site officiel désormais fermé xryshaygh.wordpress.com :

    "Le parti politique "Association populaire – Aube dorée » appelle le peuple grec à résister au plan organisé de dilapidation du pays. Et d’abord à cesser de croire aux politiciens du mémorandum [signé avec la TroiKa] et en ses porte-parole, qui mentent au détriment de notre Mouvement. Pour que la Grèce sorte de la crise nationale et économique d’aujourd’hui elle doit procéder immédiatement aux actions suivantes:
    - Résiliation du mémorandum. Audit de la dette et tous les contrats de prêt de 1974 à nos jours et refus de payer la dette lourde et illégale
    - Création d’équipes de vérification spéciales pour rechercher les responsables de la dilapidation des deniers publics dans tous les ministères et organismes gouvernementaux. Renvoi devant un tribunal spécial, emprisonnement de ces délinquants et confiscation de leurs biens.
    - Abolition des privilèges des députés et restriction de leurs revenus au niveau de celui d’un fonctionnaire de niveau intermédiaire. Élimination du financement des partis par l’état.
    - Nationalisation immédiate des banques qui ont reçu des injections de capitaux grâce aux garanties de l’état grec et fusion des banques privées en faillite dans une banque nationale forte. Suppression de la dette bancaire des familles grecques avec des critères sociaux.
    - Mise en place et délimitation de la zone économique exclusive grecque et début des forages là où la présence de pétrole et de gaz a été confirmée
    -Placement du revenu de la nationalisation des banques et de nos réserves d’énergie dans la production nationale dans le but que le pays redevienne autosuffisant.
    - Surveillance des frontières du pays par les Forces spéciales de l’armée grecque. Re-distribution de mines terrestres antipersonnel [aux frontières].
    - Arrestation immédiate et expulsion de tous les immigrés illégaux. Chaque crime commis par un étranger sera considéré comme spécifique. La peine ne sera pas exécutée dans les prisons, mais dans des lieux de détention spécialisés, où parallèlement s’effectuera un travail pour le compte de l’état.
    Pour que tout cela se réalise, notre système politique doit être nettoyé de ceux qui servent les intérêts étrangers. Il est nécessaire d’établir un leadership national qui ne servira qu’exclusivement et uniquement la patrie et le peuple grec."

    Et la traduction de l’interview d’Ilias Kasidiaris, représentant presse d’Aube dorée et désormais député:
    Depuis : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=OmQUgKYVNXU
    Interrogé sur l’interview de Michaloliakos, Président d’Aube dorée, où celui-ci a fait exiger que les journalistes se lèvent devant lui par marque de respect (http://www.youtube.com/watch?v=E4AXJx3IzdY&feature=player_embedded):
    “- Depuis de nombreuses années, depuis des décennies, toutes les chaînes tv traînent Aube dorée dans la boue et la diffament.
    Beaucoup de ceux qui l’ont vue [la scène avec les journalistes et Michaloliakos] ont dit: “ eh, il était temps que vous leur fassiez vous aussi un petit bizutage.”
    Le sujet n’est pas si tragique.
    Tout un gouvernement bizute le peuple grec, lui réduit ses salaires et retraites, envoie les MAT (CRS grecs) l’arroser de produits chimiques dès qu’il réagit.
    Dire à quelques journalistes qu’ils doivent se lever par marque de respect n’est pas un sujet majeur
    Et depuis, ce "levez-vous" est devenu un slogan partout vous savez."

    "- Question "Vous avez trouvé ça bien vous, c’était un bizutage des journalistes?"
    "- Réponse :
    Vous pouvez le voir comme ça.
    Ce qui est certain c’est que ça n’était pas quelque chose de mauvais à partir du moment où il se passe des choses tragiques en Grèce, où notre pays littéralement est anéanti, à partir du moment où au coeur de la nation et de la société sont entrés 4 millions de clandestins, il n’est pas du tout logique que tout le monde politique et les chaînes se préoccupent de cette demande [de cet ordre]."

    "- Question: "C’était bien que les journalistes s’en aillent?" [à noter : seuls 2 se sont levés en réalité]
    "- Réponse : Ca ne m’a pas du tout gêné. De toute façon depuis des années les journalistes ne nous laissent pas diffuser nos idées."
    "- Question : "Vous demanderez cela désormais à chaque interview des représentanys de la presse?”"
    "- Réponse :
    Nous demanderons qu’ils se lèvent, et aussi qu’ils fassent des pompes comme on le fait à l’armée.
    (…)
    Chrissi Avgi est le mouvement populaire nationaliste. Nous n’avons rien à voir avec des Allemands, je ne porte pas d’uniforme SS, comme vous le voyez, et nos militants ne parlent par allemand.
    Malgré cela ils insistent [la presse], même ces derniers jours où nous sommes élus par le peuple, pour dire une série d’imbécilités sur les chaînes tv; ils sont allés jusqu’à dire que notre symbole est la svastika. Notre symbole c’est l’ancien méandre grec, même si ça ne plaît pas à certains que l’on utilise la symbolique de la Grèce ancienne, de notre tradition ancienne, c’est donc l’ancien méandre, un symbole clairement grec et nous n’acceptons aucune critique sur ce point.
    (…)
    Si quelqu’un utilise la violence, il doit en répondre devant la loi.
    Moi je n’ai vu de violence dans aucun rassemblement d’Aube dorée.
    Vous savez, c’est souvent contre nous qu’on utilise la violence. Nous avons été victimes de façon répétée d’attaques à la bombe. La dernière fois il y a deux ans une bombe a littéralement rasé nos bureaux centraux [vrai, après vérification : http://www.youtube.com/watch?v=BFr4bV4bxzw ]. Nous sommes donc victimes de la violence, du terrorisme de la gauche, et surtout de la désinformation de tout le système des médias.

    "- Question :
    “Comment a réagi ta famille quand tu lui as dit que tu suivais les pas d’Aube dorée?”"
    "- Réponse :
    Elle m’a félicité et après elle a même commencé à participer à partir d’un certain moment, activement, à ce que je fais. Mes parents, mes frères, car ce sont des gens simples qui ont vu qu’il n’y avait plus de marge de manoeuvre pour la Grèce. Ce pays ne peut pas avancer si des gens sérieux et modérés ne rentrent pas dans la vie politique.
    Parce que vous savez, les gens d’Aube dorée ce n’est pas les monstres et les vampires présentés par les chaines de tv, ce sont des gens avec un certain niveau d’éducation, des travailleurs, des scientifiques pour la plupart, des gens jeunes qui formulent une proposition pour que la Grèce sorte de l’impasse."

    [message regroupé]

  2. europegrece dit :

    Le site web d’Aube dorée vient d’être fermé pour « non respect des conditions d’utilisation. »

  3. europegrece dit :

    Qui vote Aube dorée :
    - majorité d’électeurs masculins
    - de 25 à 34 ans; les plus jeunes et les plus âgés ne votent pas Aube dorée
    – niveau d’instruction : majorité d’électeurs de niveau d’éduca tion moyen; peu d’électeurs dans les classes les moins ou les plus instruites
    - majorité d’électeurs chez les actifs, qu’ils soient chômeurs ou qu’ils aient un travail; peu d’électeurs chez les retraités;
    - majorité d’électeurs dans les villes grandes et moyennes; peu d’électeurs dans les campagnes;
    - majorité d’électeurs chez les moins fortunés : petits entrepreneurs, petits propriétaires, les salariés moyens, étudiants; peu d’électeurs chez les fonctionnaires.

    source : http://www.youtube.com/watch?v=fwDs24S6_C0

  4. Ping : Aube dorée : chronique d’un ratage complet – pourquoi ses opposants sont aussi ses meilleurs militants. | europegrece

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s