Rémunération des députés grecs : la réponse du Président du Parlement grec et d’une députée du SYRIZA à l’article de J. Quatremer (Libération)

Le 6 février 2012, le journaliste français Jean Quatremer (de Libération), publiait un article intitulé « Heureux qui, comme un député grec, a touché le pactole… ».

« L’info » selon laquelle ils toucheraient 8500 euros nets ne se base pas sur les chiffres en cours mais elle est relayée, semble-t-il sans vérification de son actualité, par le Nouvel Obs et rue 89.

Extraits :
« Saviez-vous que les 300 députés grecs de la Vouli (le parlement monocaméral local) sont parmi les mieux payés d’Europe ? Et qu’ils refusent fermement toute baisse de salaire, alors qu’ils n’hésitent pas à réduire les revenus de leurs compatriotes ? »

« Le salaire mensuel net d’un député grec s’élève à la coquette somme de 8500 euros nets par mois. À cela il faut ajouter une indemnité pour frais de 4900 euros, une indemnité pour participation aux commissions parlementaires de 1200 euros, une indemnité de logement de 1000 euros (pour les députés de province), un forfait de 1800 euros pour les frais de bureau ainsi que les transports gratuits. »

Cet article a été envoyé à M. Petsalnikos, Président du Parlement grec, avec une traduction du paragraphe qui précède et du fait que les députés étaient accusés de refuser fermement toute baisse. M. Petsalnikos a été averti que son éventuelle réponse serait transmise à Jean Quatremer et publiée sur un blog.

M. Petsalnikos conteste les chiffres avancés par cet article.

Voici donc pour les lecteurs d’Europe-Grèce, sa réponse, reçue peu de temps après :

« En réponse à l’e-mail que vous m’avez envoyé, à l’occasion de l’article d’un journaliste français, je vous fais savoir que sa référence à la rémunération des députés grecs ne correspond aucunement à la réalité.

Plus précisément :

Au cours de ces 2 dernières années, le total des revenus des députés grecs a  considérablement diminué.

Les députés grecs ont décidé :
- la réduction de l’indemnité parlementaire et la suppression complète des bonus de Noël, de Pâques et de congés;
- le non-paiement d’un mois d’indemnité parlementaire mensuelle entière;
- la prise en charge, mensuellement, du paiement de la surtaxe spéciale de solidarité à un taux de 5% qui est supérieur au taux [payé] par n’importe quel autre citoyen grec, et de la contribution au profit des chômeurs et de l’OAED |un peu l’équivalent de Pôle Emploi, ndt] qu’ils paient chaque mois;
- la réduction de 50% de l’indemnité pour participation aux réunions des commissions.

Les coupes et les réductions opérées sur les recommandations du Président du Parlement et les décisions du Parlement réuni en session plénière approchent les 50% du total des émoluments* mensuels des députés.

Le total des émoluments* mensuels que perçoivent les Députés ne dépasse pas 4500 euros, avec lesquels ils doivent couvrir les loyers et les dépenses de fonctionnement de leurs bureaux dans leur circonscription, les dépenses de carburant et de déplacement, etc.*

Enfin il est souligné qu’avec les coupes et les réductions des émoluments des députés, des employés et des dépenses de fonctionnement du Parlement, le budget total de fonctionnement du Parlement a été réduit de 25% par rapport à 2009.« 

* Pour ne pas qu’il y ait d’ambiguité sur les termes nous avons traduit le terme « αποδοχές »  par « émoluments »  (le dictionnaire spécialisé Hiotakis propose aussi pour ce mot : rémunération, paiement, salaire, traitements, appointements)

Nous laissons le texte en grec si certains veulent contester ou discuter la traduction, par souci de transparence :

« Objet : RE:

Απαντώντας στο email που μου στείλατε, με αφορμή άρθρο Γάλλου δημοσιογράφου, σας γνωρίζω ότι η αναφορά του στις αμοιβές των Ελλήνων Βουλευτών ουδόλως ανταποκρίνεται στην πραγματικότητα.
Πιο συγκεκριμένα :
Στο διάστημα των 2 τελευταίων ετών οι συνολικές αποδοχές των Ελλήνων Βουλευτών έχουν μειωθεί σημαντικά.
Οι Έλληνες Βουλευτές αποφάσισαν:
-          Την μείωση της Βουλευτικής αποζημίωσης και την ολοσχερή κατάργηση των επιδομάτων Χριστουγέννων, Πάσχα και αδείας.
-          Την μη καταβολή μιας ολόκληρης μηνιαίας αποζημίωσης
-          Την επιβάρυνσή τους μηνιαίως με την καταβολή της ειδικής εισφοράς αλληλεγγύης με συντελεστή 5%, που είναι μεγαλύτερος από τον αντίστοιχο συντελεστή οποιουδήποτε άλλου Έλληνα πολίτη, καθώς και με την εισφορά υπέρ των ανέργων και του ΟΑΕΔ που καταβάλουν μηνιαίως.
-          Την μείωση κατά 50% της αποζημίωσης για συμμετοχή σε συνεδριάσεις επιτροπών.
Οι  περικοπές και μειώσεις που επήλθαν από τις εισηγήσεις του Προέδρου της Βουλής και τις αποφάσεις της Ολομέλειας του Κοινοβουλίου, αγγίζουν το 50% των συνολικών μηνιαίων αποδοχών των Βουλευτών.
Οι συνολικές μηνιαίες αποδοχές που λαμβάνουν οι Βουλευτές δεν υπερβαίνουν τα 4500 Ευρώ, και αυτές πρέπει να καλύψουν τα ενοίκια και τα λειτουργικά έξοδα των γραφείων τους στη εκλογική τους περιφέρεια, τα έξοδα καυσίμων για την μετακίνησή τους κλπ.
Τέλος σημειώνεται ότι με τις περικοπές και μειώσεις στις αποδοχές των Βουλευτών, των υπαλλήλων καθώς και των λειτουργικών εξόδων του Κοινοβουλίου μειώθηκε ο συνολικός προϋπολογισμός της Βουλής των Ελλήνων κατά 25% σε σχέση με το έτος 2009. »

Mise à jour:

Comme rue 89 et le nouvel obs ont repris ces chiffres et que certains sont allés jusqu’à dire que M. Petslanikos mentait, voici également la réponse de la députée du SYRIZA Evangelia Ammanatidou-Paschalidou quant à  la véracité des chiffres de l’article de Jean Quatremer :

Après nous avoir expliqué la position de son parti et le fait que les chiffres de l’article de Jean Quatremer dataient de 2009, Mme Ammanatidou-Paschalidou, députée de Macédoine grecque, nous indique que le montant total de sa rémunération mensuelle s’élève à une somme perçue nette de 4150 euros par mois tout compris (y compris les indemnités pour organisation du bureau – familiales – frais postaux – et coût des transports qui varient en fonction de l’éloignement de la région d’origine du député); en brut la somme est de 8500 euros bruts sur lesquels sont pratiquées les diverses retenues (impôt sur le revenu à la source, contribution spéciale de solidarité, sécurité sociale, prélèvement automatique destiné au parti d’appartenance, retraite, etc) soit 4350 euros de retenues.

Mme Ammanatidou-Paschalidou nous indique également que dans la mesure où sa circonscription se trouve à Thessalonique elle et son autre camarade député du SYRIZA originaire de cette région, partagent leurs frais de permanence en province pour un total d’environ 2200 euros par mois, montant qui selon elle est souvent dépassé en cas d’obligations exceptionnelles.

Dans la mesure où on ne peut pas soupçonner M. Petsalnikos (PASOK, socialiste) et le Syriza (extrême gauche) de collusion, l’on nous permettra de considérer que les chiffres de l’article de Jean Quatremer ne sont pas à jour.

La somme de 4150 euros touchée rejoint ce que nous avait indiqué le Président du Parlement qui parlait de 4500 euros maximum perçus par les députés.

Voici la réponse de Mme Ammanatidou-Paschalidou en grec, toujours par souci de transparence pour ceux qui voudraient traduire :

 « Τα συνολικά μεικτά ποσά που αναφέρονται στο δημοσίευμα είναι από το δημοσιευμένο και ελεγμένο ΠΟΘΕΝ ΕΣΧΕΣ του 2009.
Οι αποζημιώσεις από τότε και καλώς, έχουν μειωθεί.
Σήμερα  το σύνολο των ακαθάριστων εσόδων ανέρχεται στις 8.500 ευρώ συμπεριλαμβανομένης της βουλευτικής αποζημίωσης και όλων των επιδομάτων (Επίδομα Οργάνωσης Γραφείου-Οικογενειακής παροχής-Ταχυδρομικά τέλη-Έξοδα Κίνησης τα οποία ποικίλουν ανάλογα με την εκλογική περιφέρεια και άρα δεν είναι τα ίδια για κάθε βουλευτή).
Από τα παραπάνω αφαιρούνται οι πάγιες, οι λοιπές και οι επιπλέον κρατήσεις (Υγειονομική Περίθαλψη – Υπέρ Κομματ(20% με πάγια εντολή).- Κλάδος Σύνταξης – ΕΤΑΕΑ ΦΕΚ 115/α/20-5-11 – Φόρος εισοδήματος –  4024/2011 – ΤΠ και Δ – Ειδ. Έισφ. Αλληλεγγύης – Ειδ. Εσφ. Αλλ. Αρ.29 ν.3986/2011- Ειδ. Εισφ ΟΑΕΔ – Τ.Α.Β.) Για εμένα είναι 4.350ευρώ.
Άρα το τελικό ποσό που αφορά εμένα είναι 4.150ευρώ.
Ως βουλευτής επαρχίας καλύπτω με το συνάδελφο Τ.Κουράκη από κοινού όλα τα έξοδα για την οργάνωση και λειτουργία των γραφείων μας ΣΥΡΙΖΑ(ενοίκιο-υλικά Η/Υ-γραφική ύλη, ΔΕΗ, αέριο κλπ, κατά μέσο όρο 800ευρώ/μήνα/βουλευτή) όπου στεγαζόμαστε στη Θεσσαλονίκη, τις μετακινήσεις μου στην Αθήνα (βενζίνες-διόδια-φαγητά/800ευρώ/μήνα), τις μετακινήσεις μου στη Βόρειο Ελλάδα τα Σαββατοκύριακα(είμαστε μόνο 2 βουλευτές σε όλη τη Μακεδονία-Θράκη/600ευρώ/μήνα).  Σύνολο παγίων περίπου 2.200 ευρώ/μήνα.
Σας περιέγραψα με έναν τρόπο τις υποχρεώσεις ενός βουλευτή από την επαρχία που είναι κάθε εβδομάδα στο κοινοβούλιο(3-5 ημέρες ανάλογα με το πρόγραμμα) και τις λοιπές ημέρες στην περιφέρεια.
Τα ποσά είναι κατά προσέγγιση και αρκετές φορές φυσικά αυξάνονται και από έκτακτες υποχρεώσεις.
Δεν ξέρω αν σας βοήθησα καθόλου όποτε θελήσετε είμαι στη διάθεσή σας.

Με εκτίμηση,

ΑΜΜΑΝΑΤΙΔΟΥ-ΠΑΣΧΑΛΙΔΟΥ ΕΥΑΓΓΕΛΙΑ
Βουλευτής  ΣΥ.ΡΙΖ.Α.  Β΄ Θεσσαλονίκης »

 (A.O.)

About these ads
Galerie | Ce contenu a été publié dans 1- Réactions à la Presse, 9- Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Rémunération des députés grecs : la réponse du Président du Parlement grec et d’une députée du SYRIZA à l’article de J. Quatremer (Libération)

  1. CT dit :

    Merci pour toutes ces précisions qui éclairent notre lanterne. Jean Quatremer a écrit plus d’un article erroné sur la Grèce durant l’année 2011. Les grecs seraient plus à même que moi pour commenter: avec des salaires de 700€ en moyenne, des retraites de misère, des coupes sombres dans les salaires quand ils ont un emploi, ils doivent, malgré les coupes opérées dans les émoluments des députés trouver que ces derniers ne sont pas à plaindre…

    • europegrece dit :

      Bonjour

      Oui c’est sur qu’ils n’ont pas à se plaindre mais je constate que beaucoup d’infos sont peu à jour dans la presse en général comme si la Grèce ne faisait pas d’efforts depuis 2 ans ce qui est faux.

      J’ai hésité à mettre cela sur le blog car je ne pense pas que du bien de la classe politique grecque.

      Mais ce n’est pas une raison pour ne pas diffuser une telle info venant d’un des principaux intéressés, si j’ai l’info en question entre les mains…

      Je trouve que la position du président du parlement en personne vaut la peine d’être connue.

      Je ne pense pas que M. Quatremer soit à mettre en cause.

      La faute revient peut-être avant tout à certains journalistes ou intellectuels grecs (j’ai bien dit Grecs) qui par déception, dégoût, idéologie, désespoir ou ethno-masochisme (ou tout à la fois), sont parfois un peu lapidaires ou approximatifs dans les infos qu’ils donnent aux journalistes étrangers.

      • CT dit :

        Oui, il fallait donner cette réponse, c’est pourquoi j’ai beaucoup apprécié que vous nous donniez les informations fournies par le parlementaire.
        Je ne retire pas ce que je pense de certains articles de Jean Quatremer que j’ai trouvé méprisants vis à vis des grecs. Je suis d’accord avec votre dernier paragraphe. Les grecs donnent systématiquement dans l’autocritique, en particulier bon nombre d’intellectuels toujours prêts à se fustiger , à fustiger leur pays et victimes d’un complexe qui leur fait croire qu’ailleurs en Europe on ne tait rien. Il y a là une forme de candeur mais aussi la peur d’être traités de nationalistes. Nombre d’entre eux ont enseigné dans des universités européennes et ont « formé » leurs étudiants à cette vision critique et fort souvent négative de la Grèce. On peut les comprendre, beaucoup ont vécu la Grèce des colonels mais ils donnent souvent le sentiment de n’avoir pas vu la Grèce évoluer depuis lors.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s